Préparations mécaniques pour expédition nordique été-automne 2021

Avec AstraZeneca il y a des problèmes à rentrer en Finlande, on n'est immune contre le variant indien, appelé subitement "delta", qu'à 63%... Je n'avais pas le choix dans la salle de shoot. Le 28 juin je suis un héro complet, mais au rabais pour deux fois 7,90 €.

Ma MGB de 1980 m'avait déjà permis à l'été 2017 et à l'été 2018 des grands voyages en Finlande et en Suède depuis Strasbourg, de chacun 4500 km. Depuis 2017 je n'avais fait que 11.000 kilomètres, mais le reste à vélo. Avec la voiture de tous les jours, je ne roule jamais, ou par exemple 985 km depuis janvier 2021.

Après quelques travaux de carrosserie à l'avant des ailes arrières, tout en bas, je suis repassé à des travaux de mécanique, ce que je préfère. La caisse, les planchers, les longerons sont excellents, voire parfaits (!), il n'y avait que ces deux emplacements à refaire avec le kit de réparation, et à bien traiter le tout. Je suis tranquille pour les prochains 40 ans.


J'ai donc changé les soufflets de la crémaillère, les rotules de direction et j'ai refait au millimètre moi-même le parallélisme des roues avant avec un pincement de 1,9 centimètre.

J'ai changé les 4 coupelles dans le différentiel, ce qui a totalement éliminé le fameux "klong" quand je lève le pied.
Les différentiels de MGB étant par ailleurs réputés pour être increvables.

J'ai changé tout le système de distribution: les deux roues dentées, la chaine, le galet presseur hydraulique et à ressort pour la tension de la chaine. La chaine et le galet étaient ttlmt usés. Les roues dentées étant aussi réputées comme increvables, mais quand on change la chaine, on remet tout à neuf comme avec le vélo. Là aussi plus aucun claquement.

J'en ai profité pour revoir le jeu des soupapes, mais il était resté à 0,38 mm comme en juillet 2017.
Vous voyez la couleur chamoisée des bougies, ce qui signifie que les segments et les chemises des 4 cylindres sont parfaits, et qu'il n'y a aucune remontée d'huile.
Ce que je peux aussi vérifier à la jolie couleur anthracite de la sortie du pot d'échappement, neuf de 2017.

J'ai fait refaire la sortie du radiateur tordue et qui avait une minuscule fuite quasiment imperceptible.
Le radiateur, la pompe à eau, la pompe et la jauge à essence, le delco et son module électronique,
le carburateur, l'arbre de transmission, les quatre biellettes d'amortisseurs, les 2 moteurs électriques des ventilateurs sont changés à neuf de 2017 à aujourd'hui en pièces conformes à l'origine.

La MGB ne fuit donc plus par le pont, ni par la crémaillère, ni par le joint spi à l'avant du vilebrequin, ni par le radiateur. Une anglaise est toujours réputée pour fuir, c'est fini à ces endroits.
Il reste une mini-goutte juste à l'arrêt du moteur à la sortie arrière du vilebrequin. Mais ce n'est pas grave, lors de mes deux voyages nordiques je n'avais jamais "consommé" d'huile.

Avec l'usure de la chaine, la distribution était décalée d'une dent. A la mise en route, j'ai tout de suite remarqué un bruit plus "sportif" et un meilleur répondant, et je peux baisser le ralenti de 1000 à 500 tours. A l'enclenchement des 2 ventilateurs électriques, le moteur ne baisse plus de régime, le ralenti est ttlmt stable et n'oscille plus du tout. La galet presseur est un début de course au lieu d'être en fin. Je suis tranquille pour 150.000 kilomètres.

Comme avec la Ford A de 1928, pour la MGB on trouve strictement toutes les pièces chez des fournisseurs spécialisés.
On clique et le lendemain à 13 heures les pièces sont livrées. Il n'y a aucun ralentissement Brexit, mais des droits de douane se sont rajoutés, la Grande Bretagne ne faisant plus partie de l'UE.


Quand l’Écosse sera indépendante, d'ici peu, j'irai de nouveau dans les Highlands, Aberdeen, le pays d'origine des ancêtres de ma grand-mère danoise, où j'avais été trois fois avec ma Hotchkiss de 1925.

 

J'ai remplacé les flexibles de frein par des modèles de type "aviation", et j'ai purgé tout le freinage. La voiture freinait bien et elle avait passé le CT il y a un an, mais j'avais toujours trouvé que la pédale de frein était un peu spongieuse. Maintenant elle est franche. J'ai aussi resserré les tambours arrières. La voiture freine tout droit en pillant tout net.

 

 

Avec le distribution de nouveau parfaitement calée, j'ai constaté que le moteur est plus nerveux, plus silencieux, qu'il y a moins de vibrations, et, encore mieux, que le vrombissement assez sonore qui apparaissait juste de 3200 à 3500 rpm s'est énormément réduit.

Comme le delco est actionné par l'arbre à cames, j'ai encore refait avec le stroboscope le réglage de l'allumage à 13° à 1500 rpm, et la MGB est encore plus prête pour un voyage en Finlande et en Suède. Mais partout on entend que la 4ième vague Covid s'annonce.

En tous cas, je "planifie" une expédition en MGB sur mes traces de mes 2 expéditions arctiques en Hotchkiss de 1925 et sur mes 7 expéditions arctiques à vélo, dont 6 à traction animale. Inari? Les Lofoten? Les aurores boréales? Le Cercle Polaire? Le gipsy-feeling me reprend en entier!

 

Ci-dessus les bougies avant toute intervention.

Et à gauche les bougies après tous ces changements et mes nouveaux réglages. Je vais mettre un tout petit peu plus de richesse. Je mets toujours de la graisse cuivrée sur le filetage.

Et le galet hydraulique usé. Comment le propriétaire précédent avait-il pu changer pistons, segments et soupapes, sans le changer? Mais il est vrai que j'ai ajouté 11.000 kilomètres moi-même.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet